la part de l'autre

La tâche était rude, susceptible d’attirer de vives critiques de toutes parts, voire de jeter une ombre sur la totalité d’œuvre littéraire.

Expliquer en quoi Adolf Hitler était un être humain et non pas une créature du diable, non pas une création mystérieuse qui avait pris l’apparence d’un être humain, mais une personne faite de chair, de sang, de pensées, de circonstances et de choix.

Expliquer comment cet être humain avait pu devenir l’un des plus grands criminels de tous les temps, et comment il aurait pu devenir un homme comme un autre, qui aurait affronté ses fantômes.

Se colleter à la réalité barbare qui est en chacun de nous, affleurant plus ou moins à la surface, tenter d’expliquer, de comprendre, pour éviter que cela ne se reproduise.

Se colleter à la réalité du début du 20ème siècle, expliquer la défaite allemande de la 1ère guerre mondiale vécue comme une humiliation, une mutilation, la crise économique qui frappa les pays occidentaux et la misère qui s’ensuivit, la misère psychologique d’un homme, la faiblesse d’un peuple et d’un système démocratique qui hissèrent Hitler au pouvoir.

Pour éviter que cela ne se reproduise ?

Les temps ont changé, me direz-vous. Nous vivons, malgré la crise actuelle qui frappe surtout les plus démunis d’entre nous, un temps - je parle du temps réel -  d’avancées démocratiques, de prospérité économique, nous devons régler des problèmes de riches (l’approvisionnement en carburants,  l’obésité…). Les temps de la barbarie sont loin derrière nous, les hommes et les femmes qui l’ont vécue sont en train de disparaître, alors à quoi bon ?

C’est tout l’objet du livre justement : en montrant le caractère humain de l’atrocité, Eric-Emmanuel Schmitt nous dit : ce sont des êtres humains, comme vous et moi, qui ont commis les pires atrocités, parce qu’ils ont fait de mauvais choix dans des circonstances difficiles ; soyons attentifs à faire les bons choix, à devenir meilleurs et à le rester. 

Titre : La part de l'autre

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Editeur : Albin Michel, 518 p.

Prix : 

- Albin Michel  (7/12/2005) : 21,80 € 

- Le Livre de Poche (10/09/2003) : 7,60 €

- Format numérique : 8,99 €

Note : 4,5/5