détroit

Ce matin, un Lapon a tué un chasseur…

 Ce roman d’Olivier Truc est très dépaysant puisque l’action se déroule dans la ville norvégienne d’Hammerfest, présentée comme la plus septentrionale de notre monde,  met en scène les vives oppositions existant entre les éleveurs de rennes sami et le développement économique qui passe ici par l’exploitation off-shore des ressources en gaz et en pétrole, et fait enfin un focus intéressant sur les conditions dans lesquelles des générations de plongeurs ont été sacrifiées sur l’autel visqueux, malodorant mais tellement pratique de l’énergie fossile consubstantiel à notre époque.

 Le détroit du loup est d’abord diablement bien construit et enchevêtre avec talent les différents strates de l’histoire : la police des rennes, chargée d’aider les éleveurs à protéger leurs troupeaux, mais aussi de veiller à ce que les rennes n’envahissent pas la ville, l’activité des plongeurs, golden boys du coin, des compagnies pétrolières qui en veulent toujours plus, toujours moins cher, et les éleveurs de rennes, dont le mode de vie et de travail (la transhumance) sont brutalement mis en péril, sans oublier les locaux d’Hammerfest, oublieux de leurs origines sami et soucieux de profiter de la manne pétrolière.

 L’auteur nous immerge dans cet univers naturel, magnifique mais violent et presque inhumain avec beaucoup de force et de talent.

 Il a par ailleurs la capacité à ancrer son récit dans des réalités dérangeantes : la disparition programmée de modes de vie et l’exploitation outrancière de ressources fossiles dont nous bénéficions quotidiennement.

 Certains modes de vie nous dérangent, ne cadrent pas avec un univers délimité, objectif, fait de règles et d’interdits, de droits de propriété exclusifs. Ainsi,  l’élevage des rennes, pratiqué dans des univers ouverts, au gré des besoins et des ressources, est difficilement compatible avec les règles modernes, strictes, exclusives, de la propriété.

 Ces univers sont-ils forcément irréconciliables ? Olivier Truc esquisse quelques réponses simples, de bons sens : mieux se connaître, se parler, échanger…

 Son constat est par contre sans appel concernant le sort des plongeurs de la Mer du Nord, victimes dans les années 70 de la goinfrerie sans nom des compagnies pétrolières et des Etats occidentaux, qui a amené les premières à utiliser des hommes, dont bon nombre étaient français mais peu importe, dans des conditions inhumaines, qui les a laissés soit morts, soit atteints à jamais dans leurs chairs et leur esprit.

Titre : Le détroit du loup

Auteur : Olivier Truc

Editeur : Editions Métaillé, 410 p.

Prix : 

- Editions Métaillé (4/9/2014) : 19,00€ 

- Format numérique : 14,99 €

Note : 4/5