Yerul

Yeruldelgger est un héros d'aujourd'hui : policier intègre dans un univers corrompu, malheureux comme les pierres parce qu'il a perdu sa petite fille, entouré de belles gonzesses sympa comme tout qui ne demandent qu'à l'aider à se remettre de ce douloureux traumatisme, plongé dans une enquête à plusieurs fils qui comme par hasard se rejoignent tout doucement au fil du roman, dans un environnement très dépaysant (la Mongolie d'aujourd'hui), le tout avec une bonne dose d'humour.

J'oubliais : le petit gamin sympathique et débrouillard qui vit dans les tunnels d'OUlan-Bator qui devient l'auxiliaire des enquêteurs.

C'est un sacré exercice de style, fluide, une aventure rocambolesque qui va chercher du côté de Franck et Vautrin, de la Sirène Rouge de Maurice Dantec, plus qu'un roman policier, un roman d'aventures moderne (les références aux séries américaines reçues par les satellites sont assez marrantes), avec des personnes attachants.

Mais...c'est juste un exercice de style, un très bel emballage (la description de la vie en Mongolie - saisissante - , le choc entre la culture traditionnelle et la modernité), tous les codes du polar actuel embarqués, mais rien que des codes, que du décor, si on les enlève, il ne reste qu'une histoire de corruption qui a mal tourné.

oulan bator

 

Yeruldelgger a un petit côté fabriqué qui m'empêche d'être complètement enthousiaste, bien que j'aie particulièrement apprécié l'humour de Ian Manook.

Titre : Yeruldelgger

Auteur : Ian Manook

Editeur : Albin Michel

Prix : 

- Albin Michel (2/10/2013) : 22,00 €

Note : 3,5

Google 

photo d'illustration sous licence Creative Commons